• La mode et le lagom

    Accueil > Lagom

    Mode : art de se vêtir.
    Cela fait longtemps que je n’ai plus écrit d’articles ici, en voilà un tout nouveau consacré à ma préoccupation du moment : la mode. Oui mais la mode lagom. Comme vous le savez ou avez pu le lire le lagom est un art de vivre scandinave et minimaliste. Et s’il y a bien une chose qui ne l’est pas (minimaliste) c’est la mode. À l’heure où l’apparence est devenue vitale, l’art de se vêtir devient primordial et l’on assiste à une surconsommation de vêtements et fringues en tout genre. J’ai donc décidé aujourd’hui de vous parler de la mode minimaliste à la sauce lagom.

    Nära skjuter ingen hare

    S’habiller pour bon nombre signifie consommer à outrance. Au rythme où les grandes enseignes renouvellent leurs collections, où les soldes nous font croire à des promos toujours plus dingues toute l’année, on est tenté de consommer plus. Plus de fringues, plus d’habits, plus toujours plus de chaussures. Et c’est bien là le problème, la mode est devenue irraisonnée et absolument hors des prédicats écologiques dictés par le lagom et le hygge.

    S’HABILLER LAGOM

    Se vêtir lagom c’est avant tout revenir à la règle de base du lagom : ni trop, ni trop peu. Bref un savant mélange entre le too much et le pas assez. Vous me suivez ? Non ? Explications. Je possède un nombre incalculable de mes amies qui sans cesse se rachètent des basiques. T-shirts et débardeurs blancs, jeans bruts, jupes trapèzes, etc. Leurs problèmes ? Elles achètent mal, des fringues d’entrée de gamme qui s’usent plus vite, et durent moins. Constat ? Elles doivent se racheter les mêmes fringues plusieurs fois. On le fait tous.

    Et c’est là que la philosophie du lagom entre en jeu ! Plutôt que d’acheter plusieurs fois un basique, l’acheter une fois, mais de manière durable, en clair : dans des marques solides et modes, réputées pour leurs qualités de fabrication.

    ACHETER MIEUX


    Acheter mieux c’est comprendre qu’il vaut mieux un basique de très bonne qualité qui durera des années plutôt qu’un basique que l’on renouvellera 5 ou 10 fois. Non seulement c’est économique, mais aussi très gratifiant sur le plan personnel. Quand on achète un vêtement d’entrée de gamme ou de piètre qualité, peu importe s’il va durer ou non dans le temps, si on le tâche ou le trou : c’est de la mauvaise qualité et ça n’a rien coûté.

    En revanche quand on achète un vêtement cher, un basique haut de gamme, on a tout de suite envie de se dire que l’on ne le portera que pour les grandes occasions car pas envie de l’abîmer. C’est là le problème, si l’on achète un vêtement cher pourquoi avoir peur de l’abîmer ? Sachant que sa qualité de fabrication devrait être supérieure ? Car beaucoup de marques exercent des prix prohibitifs avec une piètre qualité. Hors il y a aussi d’autres marques. Marques qui produisent des produits moyennement chers, qui ne positionnent pas sur le secteur du luxe, et qui font de la qualité leur principal atout. C’est tous ce que l’on veut : des marques lagom ! Où qualité rime avec économie. Rappelez vous la philosophie lagom ! Ni trop, ni trop peu.

    Ces marques sont nombreuses et souvent connues de pas mal, mais peu savent qu’elles sont souvent suédoises, et souvent très très lagom. Petit tour de quelques marques lagom :

    Acne STudios — marque 100% suédoise fondée en 1996. Personnellement j’adore bien que je n’ai peu d’articles de chez Acne Studios. La marque représente totalement l’univers lagom haut de gamme : sobre, pastel, bien taillé, en matériaux durables. Loin des carcans bling-bling de la mode actuelle.

    COS : Collection of Style — marque là aussi 100% suédoise qui fait de la qualité et la méticulosité son credo. Belles matières, coupes totalement modes et modernes, vêtements beaux et de qualité, et un sens du détail hors norme à un prix très attractif. Un de mes coups de cœur !

    Filippa-K — comment passer à côté ! C’est une des marques suédoises de fringue les plus connues. Style ultra-lagom et minimaliste. Qualité au top du top. Et là aussi, très peu de fioritures. Géniale pour les basiques.

    Tiger of Sweden — Une marque minimaliste haut de gamme qui a commencé (je crois) avec une ligne de costumes pour homme mais s’est diversifiée par la suite. Assurément minimaliste, avec néanmoins des touches très excentriques selon les collections. Une marque unique s’il l’on cherche une pièce spéciale.

    Cheap monday — qui malheureusement n’existe plus mais que l’on peut encore trouver un peu partout. Marque là aussi made in sweden, mais plus orienté rock et coupe skinny très près du corps. Une marque que j’affectionnais particulièrement dans mes jeunes années !

    Voilà quelques marques suédoises partageant et s’insérant parfaitement dans l’univers du lagom : durabilité, qualité, prix pas extravaguant. Le haut de gamme pour tout le monde. Bien sûr il faudra débourser plus pour certaines pièces basiques qu’ailleurs, mais la qualité est là. En tous les cas je ne peux que vous conseiller de fouiner sur leurs sites car il y a de vraies perles à découvrir !

  • Lagom et minimalisme

    Accueil > Lagom

    Minimalisme : simplification extrême.
    Je crois que comme toutes les grandes personnes j’ai été tenté de vivre pleinement avec mon temps. Celui de la débauche où toute dépense quand bien même futile est essentielle. Loin de ces clivages et a contrario, le lagom va de pair avec le minimalisme. Il est indispensable à mon sens de partager avec vous un des points fondamentaux du lagom : le vivre de peu. À une époque où la surconsommation est monnaie courante, il est parfois difficile de concevoir un style de vie ou l’on se restreint de toute débauche. J’aurais pu dire “de consommer”, mais cela aurait été vous mentir. Car le lagom est l’art du juste milieu. Et si la consommation est nécessaire, elle n’est pas comme la surconsommation à bannir totalement.

    Nära skjuter ingen hare

    Consommer peu, mais consommer bien. Je rédige en alternance ce blog avec mon partenaire qui lui, en pur philosophe européen, finit d’accumuler tout ce qui lui est possible et concevable. Des fringues aux chaussures mises une seule fois, à des petits objets disséminés un peu partout dans l’appartement (avec comme excuse de les garder le fameux : “un jour ça peut servir“).

    Inutile de dire qu’avec lui le lagom coaching est un travail de chaque instant. Il n’a pas été élevé dans un monde de juste milieu, où le minimalisme s’exerce à temps plein. Aussi bien dans ses façons d’acheter que de vivre et s’organiser.

    DEVENIR MINIMALISTE

    Devenir minimaliste est à mon sens une des clés de l’art de vivre suédois mais aussi danois (le hygge). L’épanouissement (qui pour moi est le socle du bonheur) ne va pas sans l’habitude du consommer peu. Minimal. Adopter le consumérisme réduit ici et maintenant pour se sentir mieux. Un de mes premiers conseils est de volontairement faire le tri. Car si je sais que consommer moins est compliqué faire le tri est une des choses merveilleuses qui vous permet d’y parvenir.

    Trouver sa consommation bienveillante

    Ranger ses affaires, ordonner sa nourriture accumulée sur les étagères, classer ses contacts sont de bons exercices pour commencer à s’initier dans le monde minimaliste. De nombreux livres ou conseils vous sont donnés dans ce sens-là. L’idée du lagom et la vie lagom passent par le bien-être de consommer juste. De vivre juste. Et pour cela il est à mon sens une prise de conscience évidente que les vêtements, comme la nourriture ou même les contacts sociaux doivent être sélectionnés. Non pas dans une logique d’élimination mais dans démarche qualitative. L’art de vivre scandinave c’est avant tout une volonté d’aller à l’essentiel. D’avoir un rapport idéal entre quantité et qualité. Et c’est par le minimalisme que ce rapport peut s’ériger.

    RESPIRER


    Devenir minimaliste, aller à l’essentiel. C’est en premier lieu trouver la force, la capacité de se séparer du superflu. Comme je le faisais remarquer à mon compagnon : on a toujours plus de mal à aller à l’essentiel quand les choses inutiles sont devenues primordiales (je philosophe un peu trop^^). Mais cette phrase résume plutôt bien ma pensée. Je crois que devenir minimaliste est un vrai gros bouleversement. Une belle et grande habitude à prendre. Certaines personnes accumulent et accumulent encore pour à terme se faire parasiter par un tas de choses souvent de qualité médiocre dont elles ne se serviront jamais.

    À mon sens le minimalisme suédois est une vraie révolution culturelle. Et cet art s’exprime au moins autant par le tri que par la consommation qualitative. Les grands espaces vides et la nouvelle vie de respirer à nouveau chez soi. Bizarrement j’ai l’impression que les “Occidentaux” ont vraiment un mal fou avec le vide. Ils ont toujours ce besoin de le combler par tout un tas d’objets ou de pensées parasites de l’environnement. Devenir minimaliste avec le lagom c’est apprendre à faire de la place, respirer, profiter du vide, de l’espace. Comme je le répète souvent quand je joue au coach de vie avec “monsieur j’accumule tout” : j’ai une foule de conseils pour vous, sur cet art de vivre minimaliste.

    Je vous expliquerai tout dans un de mes prochains articles et si j’oublie (car je suis une grande tête de linotte) alors rappelez-le-moi sans hésiter. Pour le reste j’aimerais conclure sur une phrase de Antoine de Saint-Exupéry (auteur que j’adore profondément et qui pour moi représente le minimalisme à l’état pur) :

    La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer.

  • L’état d’esprit Lagom

    Accueil > Lagom

     

    Lagom [Lá:gom] : ni trop, ni trop peu.
    Quand j’étais petite sans même m’en rendre compte j’avais inculqué l’art du lagom. La joie de vivre. Un épanouissement total dans une recherche perpétuelle du bien-être et du bonheur. Mes parents sans être des adeptes de la psychologie positive ont toujours été des gens heureux. Simples. Bienveillants.

    finns det hjärterum så finns det stjärterum

    À la différence du lifestyle français (ou occidental) le lagom au-delà d’être culturel est un véritable art de vivre qui se pratique au jour le jour à travers une consommation raisonnée, un encrage conséquent dans le présent et des habitudes écoresponsables. Comme le hygge (dont j’aurais l’occasion de parler dans un prochain article) ce mode de vie très cocooning est à mon sens une des quêtes les plus sensées du bonheur qui soient. Loin de la surconsommation et du burnout à répétition dû à un trop grand stress.

    Le lagom repose sur un état d’esprit émotionnel connecté à la bienveillance des petites choses, ici et maintenant. Profiter d’un article de blog simple dans la relative chaleur de sa maison. Regarder la neige qui tombe et respirer le bien-être de l’instant. Ne pas se soucier du demain mais sentir mieux le moment, les choses autour. Et l’espace qui se présente.

    UNE PRISE DE CONSCIENCE

    Changer de vie et adopter le lagom comme lifestyle débute d’abord par une saine prise de conscience. Le bonheur se compose de choses simples. Et ce n’est – à mon avis – pas dans le consumérisme que l’on peut vaincre cet état de négativité propre à la société actuelle. Savourer, faire bien, avoir confiance en soi, trouver le bonheur dans le minimalisme. Telle est une partie de la prise de conscience pour accéder au lagom. Savoir se débarrasser du superflu pour ne garder que le meilleur. Le cœur névralgique de toutes choses. 

    Lagom & hygge une histoire de lifestyle

    La prise de conscience AUSSI de l’enjeu environnemental. Vivre lagom c’est adopter une consommation pondérée. Écodurable. Sans excès. Le gaspillage va de pair avec le consommer moins. Ni trop, ni trop peu. L’art du lagom et du hygge se trouve aux antipodes du fonctionnement de notre société. Être capable de gérer justement ses dépenses et ressources sans se stresser est une des nombreuses clés de ce savoir-vivre.

    VERS LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


    Toujours dans cette philosophie du ni trop, ni trop peu. Et quand on sait que la majeure partie de la population se compose d’actifs, le lagom va aussi de pair avec un travail sans stress. Où épanouissement rime avec bonheur. Si dans un pays comme la France il est parfois difficile de trouver un équilibre personnel et une relative joie de vivre en entreprise. Dans un pays comme la Suède où cette philosophie est profondément ancrée dans les consciences il est très aisé d’accéder à ce bien-être. Notamment grâce à l’échange et l’automodération.

    L’aspect conflictuel sur le lieu de travail dans les pays scandinaves où le lagom règne en maître est très peu répandu. Non seulement dans la ligne de mire de cet état d’esprit mais aussi dans celle du juste milieu. Ambitieux, mais pas trop. Infaillible, mais pas trop. Orgueilleux, mais pas trop. Autour de vous le bien-être et la simplicité des gens qui adoptent le lagom vous aident à savourer ce qui compose votre vie professionnelle.

    Embellis ton âme de simplicité, de pudeur et d’indifférence pour tout ce qui n’est ni vertu, ni vice. Aime tous les hommes.

    Cette citation (Marc Aurèle) pourrait résumer à elle seule ce en quoi le lagom se distingue de tous les autres lifestyle. La véritable force de vie des Suédois et cet état d’esprit se résument en un mot : simplicité. Le lagom est avant tout un savant équilibre entre consommation, conscience environnementale et simplicité. À l’opposé du Kitch mais aussi de la privation, il est à lui seul un symbole tendance de modernité et recherche de bonheur.

    Ressources naturelles, plénitude, alimentation saine.

    Souvenez vous que le hygge comme le lagom se vit, se ressent. S’apprend. Et voilà le pourquoi de ce blog : partager comme l’ont fait mes parents un lifestyle. Un épanouissement à chaque instant et au bout de cela ma joie de vivre. Ma passion frugale pour les grosses chaussettes en laine avec une tasse de thé au coin du feu de cheminée. Le comment être simple sans excès. Sans doute parfois avec un peu d’ascétisme ? Mais toujours pleine de bonnes résolutions — rendre les gens heureux, respirer l’air lagom et avec eux autour d’un chocolat chaud, me plonger dans la vie minimaliste qui jalonne mon bonheur.

  • Lagom et Travail

    Accueil > Lagom

    Travail : activité rémunérée ou non.
    Je vous parle souvent du lagom et minimalisme qui, sans aucun doute s’accorde plus que parfaitement. Aujourd’hui sera un peu différent car si je vais continuer dans cette voie du lagom, vous allez à présent découvrir un mix assez facétieux, celui du lagom et du travail. Dans une société occidentale comme la nôtre où le travail et la productivité passent avant tout. L’art de vivre lagom peut paraître assez dément. Malgré tout, et comme vous allez le voir dans cet article, on peut évidemment mixer lagom et travail. Ce post sera consacré à vous donner quelques astuces pour mieux profiter de votre lieu de travail et adopter une attitude positive, qui à la longue, vous rechargera les batteries de plein de bonnes ondes.

    S’organiser

    le mot est bien gros quand on l’est déjà. Mais ici je ne vous parle pas d’organisation, mais d’organisation. Comprenez un changement radical. Le lagom, l’art de vivre scandinave est une philosophie du bonheur. Et le travail doit s’insérer dans cette ligne-là, d’une vie rangée, simple, épurée au possible, et pleine de cocooning. Pour cela voici une astuce que je trouve totalement lagom : n’ayez pas la folie des grandeurs. J’ai récemment lu un livre sur le développement personnel qui m’a expliqué que cette technique était principalement utilisée aux États-Unis. Mais moi je l’utilise depuis toujours, et je crois que c’est à cause de mon côté suédoise.

    Voilà ce que je fais. Plutôt que de prévoir un milliard de tâches dans la journée. Je prévois des tâches en les définissant comme un objectif atteignable. C’est-à-dire que je vais préférer n’en faire que 4 ou 5 grosses dans la journée, plutôt qu’une bonne dizaine qui ne me permettraient pas de faire les principales. Cela va dans cette optique-là du qualitatif. Mais aussi dans cette philosophie-là de faire moins pour faire mieux. Bref trouver le juste milieu entre qualité et quantité, productivité et procrastination. Voici ma première technique donc : privilégier les tâches qui auront le plus de répercussions sur votre travail. Bref, attaquer par le travail primordial et “vital”.

    NE PAS CÉDER AU CHANTAGE DE FACEBOOK

    Une autre astuce est de se prévenir de tous les dangers. J’entends beaucoup de gens dire qu’il faut savoir dire non aux tentations, comme les réseaux sociaux ou la télé. Dire non est bien trop dur pour beaucoup, dont moi. Du coup, ma meilleure technique ultra lagom est de purement se déconnecter de tout.

    Quand je commence une tâche, par exemple la rédaction de ce post, je sais qu’elle va me prendre un peu plus d’une heure pour un peu plus de 1200 mots. Plutôt que de rester connectée à mon téléphone, voir les notifications s’accumuler. Rester connecter à mon Facebook, et être tentée de voir si personne n’a répondu à mon last message, voici ce que je fais : je mets mon téléphone et pc en mode avion. Totalement coupée d’internet et du monde. Et je rédige ce post, sans être tentée par une quelconque sonnerie, ou message Facebook. Je trouve que c’est technique est absolument lagom, dans le sens où, cela va dans l’idée du qualitatif, du bien fait. Quand les Suédois font quelque chose, ils le font bien. À l’image de leur habitat ou des marques de mode, tout cet art de vivre scandinave va dans cette optique de qualité. Et juste milieu.

    Avoir un environnement sain

    Une des choses qui me choque le plus sur les bureaux français et qui ne va absolument pas dans le sens du qualitatif, c’est leur organisation. On y trouve de tout, partout. Et les Français appellent ça un “bordel organisé”. Je trouve ça à la fois charmant, mais terriblement compliqué. Quand on a un bureau tellement plein de choses inutiles disposées un peu partout : des stylos, une boîte fourre-tout, des livres, des feuilles volantes, des carnets, des objets déco, des presse-papiers à la pelle, des pots en pagaille, il est impossible d’avoir un esprit parfaitement focus sur le travail.

    Un de mes autres conseils si vous travaillez dans un bureau ou que vous avez un environnement de travail dans cette lignée, faîtes le vide. Débarrassez-vous du maximum. Un bureau est fait pour travailler, pas pour faire une exposition d’art moderne !! Bon sang^^ Trouvez votre juste milieu. Pensez à cette philosophie minimaliste, et upgradez votre environnement de travail. Le bien-être au travail va de pair avec un environnement sain. Un lieu où il y fait bon vivre, un lieu agréable, un lieu organisé. C’est une des clés principales pour se sentir bien sur son lieu de travail. Quand on passe souvent plus de 6 heures par jour dans la même pièce, il faut qu’il y ait un minimum de bonnes ondes. De belles atmosphères. Plutôt que d’accumuler les choses, faites-vous un devoir, lancez-vous ce challenge, de faire de la place. Pensez à respirer. C’est une de base du lagom, et du bonheur simple.

    La pause Fika


    Je crois, du moins il me semble que je vous en ai déjà parlé au cours de mes quelques articles, la pause fika est un incontournable en Suède. C’est, je crois, quasi religieux. On peut le dire en fait, c’est religieux. La pause fika, c’est le moment indispensable, à chaque Suédois. En entreprise ou chez soi.

    Cela consiste à simplement prendre une pause vers les 10 heures du matin avec ses collègues autour d’un café et quelques spécialités suédoises, dont j’aurais l’occasion de vous parler dans une prochaine recette. Au-delà d’être une simple pause café, la pause fika est une pause collective et conviviale autour d’un café et quelques gâteaux scandinaves. C’est un peu le pendant du goûter des enfants français au retour de l’école à 16H30. Cette pause est essentielle, et je ne vous conseillerais que trop de l’adopter sur votre lieu de travail. À travers un panier de croissants et quelques cafés, non seulement pour faire un petit break le matin, et profiter de quelques friandises, mais aussi, et surtout à mon sens, resserrer les liens avec les collègues, et se changer les pensées avant de repartir sur une journée de boulot.

    La pause fika c’est l’indissociable de l’art de vivre lagom.

    Outre cette petite pause, et ces quelques petites astuces, dans cette lignée de l’art de vivre lagom, et minimaliste. Il y a aussi quelque-chose qui est pour moi, sur son lieu de travail indissociable du lagom, et de l’art de vivre à la suédoise. Outre le côté très accès sur le bonheur personnel du salarié en intégrant nombreux accessits pour pérenniser la vie de famille. Il y a ce côté collégial, purement ancré dans les entreprises suédoises. La hiérarchie est beaucoup plus abordable, et proche du salarié qu’en France.

    Je dirais un peu bêtement qu’en Suède les entreprises sont un peu moins militaires. Les décisions sont beaucoup plus collégiales. Par ce biais le salarié suédois à une carte à jouer dans l’entreprise et ses décisions. Mais aussi, il est beaucoup plus épanoui, car en Suède dans le milieu du travail, chaque personne à ce sentiment de prise en considération de son avis. Et je crois que le bien-être passe aussi par l’épanouissement personnel sur ce point. Il est souvent très dur dans un travail de se faire entendre, alors on cherche par tous les moyens à s’imposer, et cette lutte pour notre parole coûte du temps et de l’énergie à long terme. En Suède les gens l’ont compris.

    Place est faîte à la discussion, l’écoute du salarié, la collégialité. Je ne sais que trop qu’il est impossible du jour au lendemain en France d’installer ce mode de vie, mais il est nécessaire de commencer à aller dans cette voie-là. Non pas en termes de décisions, mais en termes d’écoute de l’autre, de prise en considération de chacun. Se sentir écouté, et finalement considéré est la seule vraie clé du bonheur au travail. On n’est jamais aussi heureux qu’à l’instant où l’on a le sentiment de compter dans une équipe.

  • Lagom et développement durable

    Accueil > Lagom

    Ddéveloppement durable : prendre en compte les aspects environnementaux.
    Si pour beaucoup le lagom est un art de vivre, peu savent qu’ils est aussi résolument tourné vers la cause environnementale. Vous l’avez peut-être déjà entendu mais les Suédois sont des personnes connectés écologie. Une des bases de l’état d’esprit lagom est d’assimilé des habitudes de consommation radicalement différentes. C’est un fait. Si trouver le juste milieu dans son consumérisme est fondamental, comprendre que tout cela doit aller de pair avec l’environnement est à mon sens, une des clés de ce lifestyle.

    Smaken är som baken, delad

    Il repose sur le simple fait qu’à notre époque objets, vêtements, et achats diverses ont des durées de vie faibles. Vous l’avez peut-être récemment entendu ou lu, mais l’obsolescence programmée est un fait de société. Aux antipodes du lagom. Si de nos jours les industries donnent une date limite à leur objets, c’est avant tout dans un but de consommation et de sur-consommation. Destiné à ce que vous, les consommateurs, achetiez régulièrement le même produit, avec les mêmes capacités, mais nouveau. Toujours dans cet optique de pousser l’utilisateur à l’achat. Ce n’est absolument pas développer durablement.

    Je me rappelle avoir lu un livre disant que si vous aviez à créer une table pour votre salon, vous la feriez dans les meilleurs matériaux possible, avec le meilleur travail possible pour que cette table dure dans le temps. L’industrie fait le contraire car elle son but n’est pas la durabilité mais la consommation. Le lagom lui, est au paroxysme de ce modèle : il construit durable. Et qualitatif. D’abord dans une démarche de qualité personnelle et d’hygiène de vie. Mais aussi dans un but environnemental.

    CONSOMMER DURABLE

    Adopter l’art du Lagom, c’est avant tout ce prérequis de consommer dans une optique future. Consommer moins oui, mais consommer bien. Plutôt que d’acheter trois ou quatre produits similaires avec la même utilisation, on privilégiera un produit de qualité qui non seulement durera dans le temps, mais aussi réduira notre consommation. Par exemple n’acheter qu’un seul jeans de qualité au lieu de 3 bas de gamme. Le lifestyle lagom est une démarche minimaliste comme j’ai pu le dire au cours des posts. Mais aussi une démarche environnementale. Prendre conscience qu’acheter moins mais qualitativement s’inscrit dans des valeurs écologiques non négligeables. J’avais parlé de se débarrasser du superflu pour se sentir mieux. Et voici une autre technique : n’achetez que le nécessaire.

    C’est une prise de conscience à avoir, consommer ce dont vous avez réellement besoin est une des étapes vers le style de vie minimaliste du lagom. Dans de prochains post je vous ferai un inventaire des marques typiquement lagom pour consommer durable. Et finalement consommer mieux. Si consommer qualitativement est typiquement le style de vie minimaliste du lagom. Il est aussi enclin à cette préoccupation inhérente à la cause écologique.

    Consommer durablement à des fins environnementales

    Les Suédois et les scandinaves en général sont très préoccupés par l’environnement et sa préservation. S’il est important de le rappeler c’est qu’avant tout, et ça n’a pu vous échapper le bois et les plantes sont au cœur de l’art de vivre lagom. Le lagom respire la nature. Et aime la nature. Le style scandinave s’inspire fortement de la nature pour créer ses tendances, et ses espaces de cocooning. Il va de pair avec les causes et enjeux écologiques de notre époque.

    AVOIR UN COMPORTEMENT ÉCOLOGIQUE


    Avoir un comportement écologique quand on n’a pas l’habitude aux premiers abords paraît complexe. Pourtant c’est THE key, pour adopter l’art de vivre à la suédoise. Cela se passe d’abord et comme dit plus haut dans des habitudes de consommations qualitatives (consommer moins et mieux) mais aussi à travers différentes habitudes, et techniques à implanter au sein de sa vie quotidienne.

    La première chose pour moi qui me vient à l’esprit est le tri des déchets. Si petit à petit en France le tri sélectif se met en place, il est encore loin de la Suède championne d’Europe (du monde allez^^) du recyclage des déchets. En Suède c’est non seulement une obligation, mais une culture. Une culture en fait très profondément encrée dans les mentalités. Trier pour recycler ses déchets est une habitude pareille à celle des Français qui le matin vont chercher leur pain. Cela s’inscrit dans l’art de vivre suédois. Adopter le tri sélectif, mais aussi recycler ses déchets ménagers à des fins associatives ou caritatives se trouve être encré dans la mentalité des Suédois. Là bas non seulement le recyclage est une base, mais c’est aussi une volonté commerciale aussi. En Suède les entreprises et collectivités font des déchets une source de revenu notamment dans la production d’énergie. Comment faire coup double, recycler et créer des emplois tout en ayant une attitude de développement durable.

    Un autre point et ce sera le dernier je pense, recycler. Avoir un comportement écologique, c’est aussi recycler ses appareils ménagers, vêtements, accessoires, chaussures. Et finalement tous nos acquis. L’art de vivre du lagom ne peut-être dissocié de cette volonté inhérente qu’ont les Suédois à tout trier et recycler. Mais recycler n’est pas trié. Recycler c’est aussi trouver une autre utilisation à un objet de son quotidien et essayer au mieux de lui donner une nouvelle vie. Recycler son mobilier en bois, recycler de vieilles palettes de bois, recycler ses vieux vinyles. Vous devez avoir cet état d’esprit de recycler un maximum ce qui se compose de votre quotidien. Ou du moins, tenter si vous n’y arriver pas, par vous même de le proposer à d’autres. À travers des friperies, des sites de secondes mains, ou en autres recours le donner à des associations caritatives ou des personnes dans le besoin.

    Prendre quelques minutes chaque jour pour trier ses déchets, recycler, faire les bons choix de consommation fera qu’au fil du temps, le comportement éco-durable des Suédois deviendra une habitude. Et à mesure, le lagom et le style de vie minimaliste et qualitatif viendra à vous.